Sommets mythiques : notre Top 10 comparatif - Kazaden Blog

Sommets mythiques : notre Top 10 comparatif

Si l’ivresse des sommets ne vous a pas encore envahi, notre article risque de vous donner le vertige et des fourmis dans les jambes. Le monde de l’alpinisme et du trek regorge de sommets mythiques qui habitent l’imaginaire collectif. L’esthétique de la montagne, la rigueur de son climat, la difficulté de son ascension ou la simple évocation de son nom provoquent chez les alpinistes de vives émotions et les poussent à toujours entreprendre de nouvelles aventures. Pour cela, nous vous invitons pour une lecture encordée et vertigineuse de notre comparatif de 10 sommets mythiques pour débuter, se perfectionner ou se défier en très haute altitude.

“Ce que tu vis au sommet te change profondément et te devient indispensable” – Gaston Rébuffat. 

Débriefing de début d’ascension

Avant de chausser les crampons et de vous lancer dans l’ascension de notre article, un petit débriefing s’impose. La liste des sommets est exhaustive et est détaillée en fonction de plusieurs critères : niveau physique, difficulté technique et rigueur du climat pour obtenir une appréciation globale pour le sommet. Ne vous inquiétez pas, débutants, intermédiaires ou confirmés, il y en a pour tous les goûts ! 

 

# 1 : Le Mont Fuji, ascension au pays du soleil levant

Le Mont Fuji (3 376 m), certe, c’est assez loin, cependant, c’est accessible au plus grand nombre. Véritable fierté au Japon et volcan encore actif, le Mont Fuji fascine depuis des siècles explorateurs, voyageurs et aventuriers. Depuis la première ascension en 663 par un moine bouddhiste, ce n’est pas moins de 300 000 personnes qui tentent l’ascension chaque année. La voie d’accès principale par le sentier Yoshida est, en effet, dénuée de difficulté technique et n’oppose comme obstacle que ses 1 000 m de dénivelé positif. Par ailleurs, l’ascension est facilitée par la présence de nombreux points de ravitaillement et plusieurs refuges. Attention cependant à ne pas négliger votre condition physique, la météo ainsi que votre matériel. En effet, un vieux dicton japonais précise que “celui qui gravit le Mont Fuji une fois est un sage, celui qui le gravit deux fois est un fou”. 

 

# 2 : Le Djebel Toubkal, sur le toit de l’Atlas

Plus haut sommet de l’Atlas et d’Afrique du Nord, le Djebel Toubkal (4 167 m) offre un panorama exceptionnel sur les massifs montagneux environnants ainsi que sur la ville de Marrakech. L’ascension par la voie normale est régulière au départ du Refuge Toubkal avec environ 960 m de dénivelé positif. En fonction des conditions et de la saison, la voie peut être partiellement enneigée avec la présence de névés. Malgré une relative facilité, l’ascension nécessite une bonne préparation, un matériel de trekking de qualité et la présence d’un guide au fait du meilleur chemin à emprunter. La récompense en vaut la peine, un lever de soleil inoubliable sur les montagnes marocaines

 

# 3 : Le Dôme des Ecrins, là où tout commence !

Si vous souhaitez commencer l’alpinisme en douceur, l’ascension du Dôme des Ecrins est faîte pour vous. Avec 4 015 m, vous pouvez passer la barre mythique des 4 000’ sans griller les étapes. L’ascension est en effet accessible aux débutants sans expérience en alpinisme et nécessite simplement une bonne condition physique. Avec un guide, vous apprenez les techniques de base et notamment la progression encordée et le maniement du piolet et des crampons. À noter cependant que les dangers de la haute montagne restent présents avec une voie particulièrement exposée aux séracs, ainsi qu’une météo potentiellement capricieuse, rendant obligatoire la présence d’un guide de haute montagne

 

# 4 : Le Grand Paradis, “stairway to heaven”

Son nom évocateur est parfaitement justifié, tant la vue depuis le sommet est exceptionnelle. Le Grand Paradis (4 067 m), seul sommet à plus de 4 000 m entièrement situé en Italie, offre une voie d’accès peu technique et accessible aux personnes souhaitant s’initier à l’alpinisme. C’est en effet la montagne idéale pour gagner de l’expérience en haute altitude et se préparer pour des ascensions plus relevées. Cependant, si l’ascension ne comporte pas de réelles difficultés, le dénivelé est important et le froid parfois glacial. Posséder une parfaite condition physique, un matériel d’alpinisme adéquat et être accompagné d’un guide de haute montagne est donc indispensable. Par ailleurs, attention au vertige lors de la partie d’escalade finale à plus de 4 000 m !

 

# 5 : Le Kilimandjaro, jusqu’aux neiges éternelles

L’ascension du Kilimandjaro (5 895 m) vous plonge au pays du Roi Lion sur les pentes du plus haut sommet d’Afrique. Au cœur des rêves des aventuriers du monde entier, les neiges éternelles si chères à Ernest Hemingway, attirent chaque année des milliers de trekkeurs. Marangu, Machame, Shira ou encore Rongaï, les itinéraires sont nombreux et varient en fonction de la durée et de la difficulté physique. Cependant, l’ascension du Kilimandjaro est souvent sous-estimée et nécessite une condition physique irréprochable. En effet, l’ascension dure entre 6 et 8 jours avec un dénivelé cumulé d’environ 4 000 m. Par ailleurs, les conditions météo peuvent se montrer très difficiles avec parfois un froid glacial (jusqu’à -15°C) et/ou des pluies diluviennes. En résumé, le Kilimandjaro est un parfait marche-pied pour des ascensions plus techniques et engagées, que ce soit dans les Alpes ou ailleurs dans le Monde, ou simplement pour découvrir les joies du trek en haute altitude. Notre coup de cœur : lors de l’ascension finale, le lever de soleil sur le Mawenzi (5 148) est une vision à couper le souffle. 

 

# 6 : Elbrouz, à la croisée des continents

L’Elbrouz est à l’alpinisme ce qu’est sa localisation à la géographie : à la croisée des chemins. Avec une altitude de 5 642 m, l’Elbrouz domine le Caucase russe et permet une ascension au-delà de 5 000 m pour dominer l’Europe. L’ascension est peu difficile techniquement mais demande cependant une très bonne acclimatation et une condition physique optimale. C’est en effet un sommet exigeant réservé aux alpinistes avec des expériences ultérieures sur des sommets de plus de 4 000 m et est idéal pour se préparer à de plus grandes expéditions dans les Andes ou l’Himalaya

 

 # 7 : Le Mont Blanc, rendez-vous sur le toit des Alpes

Sa simple évocation provoque un mélange de crainte et d’émerveillement. Dominant Chamonix et trônant fièrement sur l’Europe Occidentale, le Mont Blanc et ses 4 810 m attirent des milliers d’alpinistes chaque année. Ascension mythique des Alpes, les alpinistes disposent de plusieurs voies d’accès plus ou moins difficiles (voie normale, voie italienne ou voie des 3 monts) en fonction de leur niveau. La voie passant par le Refuge du Goûter (voie normale), la plus fréquentée, offre de bonnes chances de réussite pour des alpinistes peu expérimentés. Cependant, les dangers d’une telle ascension ne sont pas à minimiser, loin de là. L’ascension du Mont Blanc demande une condition physique optimale pour réaliser un dénivelé de plus de 1 600 m. Par ailleurs, il est indispensable d’être accompagné d’un guide de haute montagne et d’être au fait des dangers de la montagne comme les crevasses, les chutes de pierres, les séracs ainsi que le froid pouvant être intense (jusqu’à -20°C). Le jeu en vaut pourtant la chandelle, la vue depuis le sommet est indescriptible avec un panorama à 360° sur le Massif du Mont Blanc et sur des sommets plus lointains comme le Cervin et le Grand Paradis

 

# 8 : Le Cervin, “la montagne sur les Toblerones”

Le Cervin est en effet la montagne immortalisée sur les barres chocolatées Toblerones. Elle est surtout réputée dans le monde de l’alpinisme pour son esthétisme ainsi que pour l’exigence de son ascension. En effet, le Cervin qui culmine à 4 478 m et domine la ville de Zermatt en Suisse offre un défi de taille aux alpinistes expérimentés. Sur plus de 1 000 m, ses parois rocheuses et parfois verticales nécessitent technique et dextérité. C’est assurément la montagne vers laquelle se tourner après plusieurs ascensions notables dans les Alpes afin de se challenger et progresser dans sa pratique de l’alpinisme. Cependant, attention à votre condition physique et surtout au vertige en raison des nombreux passages extrêmement aériens

 

# 9 : Island Peak, une vue sur le toit du Monde

Avec l’Island Peak, vous rentrez en quelque sorte dans la cour des grands. Avec une altitude de 6 189 m, on entre dans la très haute altitude caractéristique des sommets himalayens. Situé dans le massif du Khumbu, le même que celui de l’Everest, ce sommet aussi appelé Imja Tse permet de réaliser une première expédition himalayenne pour les alpinistes initiés. Le niveau technique est à la portée de grimpeurs expérimentés dans les Alpes. Attention toutefois à ne pas minimiser les passages de crevasses sur échelles ainsi qu’un mur à 50° avec utilisation de cordes fixes. Sur plus de 20 jours, l’expédition se déplace vers le camp de base pour une acclimatation progressive en vue de l’ascension finale. Avec ce sommet, vous retrouvez les prémices des grandes expéditions sur des sommets de 7 000’ et 8 000’ mètres avec en supplément une vue imprenable sur l’Ama Dablam (6 812 m) et sur la face Sud du Lhotse (8 516 m)

 

# 10 : L’Aconcagua, plus haut sommet des Amériques 

Certe, ce n’est pas le sommet le plus esthétique de notre liste. Cependant, l’Aconcagua culmine à 6 962 m et est par conséquent, le plus haut sommet du Monde en dehors de l’Himalaya. L’ascension est techniquement accessible sans véritable expérience alpine mais demande une condition physique à toute épreuve. En effet, la montagne est connue pour des conditions souvent extrêmes avec un froid très largement négatif et des rafales de vent à vous envoyer sur la lune. C’est une expédition idéale pour se tester en vue d’un challenge encore plus grand. En effet, de nombreux alpinistes choisissent l’Aconcagua comme préparation pour des sommets à plus de 8 000 m. L’expédition dure généralement un peu moins d’un mois et comporte toutes les étapes d’une aventure himalayenne avec plusieurs camps intermédiaires et une arrivée en très haute altitude. 

 

Vous êtes déjà envahi par l’ivresse des sommets ? Venez relever nos défis en très haute altitude avec de nombreuses ascensions dans les Alpes, les Andes et même l’Himalaya pour les plus téméraires. 

NOS STAGES D'ALPINISME

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

49 − = 48