Le mal aigu des montagnes : tout savoir

Le mal aigu des montagnes est une pathologie d’altitude qui touche de nombreux sportifs lors d’activités en haute altitude telles que le trek, le trail et l’alpinisme. Même si le mal des montagnes peut s’avérer particulièrement dangereux pour la santé, ou pour votre sécurité. Kazaden vous informe sur tout ce qu’il faut savoir sur le mal aigu des montagnes : les moyens de détection, les différentes façons de le prévenir et les bonnes pratiques pour limiter son apparition.

Alpinisme ©DanielPrudek

Alpinisme ©Shutterstock-DanielPrudek

Qu’est-ce que le mal aigu des montagnes ?

Le mal des montagnes (MAM) est un syndrome causé par une montée trop rapide en altitude sans acclimatation préalable. Il se manifeste généralement dans des environnements exigeants, lors d’ascensions, lorsque le corps n’a pas eu le temps de s’acclimater en douceur et a du mal à s’adapter à la réduction d’oxygène qui accompagne la montée en altitude (puisque la pression diminue quand monte, on absorbe une quantité d’oxygène moins importante pour un même volume d’air).

Il est important de savoir que le mal des montagnes peut toucher n’importe quelle personne en bonne santé et en bonne condition physique : personne ne peut prétendre en être exempté avant d’avoir fait sa propre expérience de l’altitude ! Plus l’altitude est élevée, plus on a de risques d’être touché du MAM. Au moins 1 personne sur 2 est généralement touchée par le syndrome au-delà des 4000 mètres.

Comment diagnostiquer le mal des montagnes ?

Le mal aigu des montagnes peut être diagnostiquer chez n’importe qui. En revanche certaines personnes s’adaptent mieux en altitude et sont donc moins sujettes au MAM. De nombreux symptômes surviennent lorsqu’une personne est touchée par le mal aigu des montagnes :

  • On se sent faible et fatigué
  • On a du mal à évoluer en altitude
  • On souffre de mal de tête
  • On perd l’appétit
  • On a envie de vomir
  • On a du mal à respirer
  • On a du mal à dormir
  • On souffre de vertiges

S’il n’est pas traité à temps, le mal des montagnes peut s’avérer dangereux. En haute altitude (aux alentours de 4000/5000 mètres), le MAM peut entraîner un œdème pulmonaire (OPHA) et même œdème cérébral (OCHA) de haute altitude (à plus de 5000 mètres généralement) provoquant un coma et pouvant entraîner la mort. Il est donc primordial d’écouter son corps et de ne pas négliger les symptômes.

Partir faire de l'alpinisme avec Kazaden

Mer de Glace ©FlorinStana

Mer de Glace ©Shutterstock-FlorinStana

Quel traitement pour y remédier ?

L’unique traitement efficace pour remédier au mal aigu des montagnes est la perte d’altitude, c’est le seul moyen de ne pas se mettre en danger. Il existe également des traitements à base de cortisone ou d’inhibiteurs calciques pouvant améliorer l’état d’une personne une fois diagnostiquée mais en aucun cas ces traitements ne peuvent soigner définitivement le MAM.

Il faut toutefois éviter la prise de médicaments au préalable contre le mal des montagnes qui pourraient masquer les symptômes.

Comment le prévenir ?

Pour prévenir le mal des montagnes, les guides prévoient des journées d’acclimatation au cours de l’ascension. Pour les grands treks, comme celui du Kilimandjaro, les journées d’acclimatation se déroulent généralement sur 2/3 jours. Il est alors conseillé de rester au repos les deux premières journées, de limiter les efforts intenses sur cette période et de monter progressivement. En effet, le mal aigu des montagnes régresse avec l’acclimatation et disparaît totalement avec la perte d’altitude.

Tentez l'ascension avec nos guides !

Prévenir le mal des montagnes ©OlgaDanylenko

Prévenir le mal des montagnes ©Shutterstock-OlgaDanylenko

Vous cherchez toujours votre prochain séjour outdoor ? Kazaden vous aide à réaliser votre projet parmi des dizaines d’activités : trek, trail, alpinisme, randonnée… Trouvez le sport qui vous correspond ! Rendez-vous sur kazaden.com ou contactez directement notre équipe par téléphone au 01 79 75 71 72.

Découvrir toutes nos offres de séjours outdoor

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 3