Lincoln Hall survit une nuit, seul au sommet de l’Everest

L’histoire est incroyable et unique ! Lincoln Hall, un alpiniste Australien survit une nuit entière sur l’Everest à 8600m d’altitude, après avoir été laissé pour mort par ses guides de haute montagne Sherpas.

L'Everest, une véritable défi pour tous les alpinistes

L’Everest, un véritable défi pour tous les alpinistes, le début d’un cauchemar pour Lincoln Hall  © Wikimedia Commons

Une ascension qui commençait pourtant bien…

Ce n’était pas la première ascension de l’Everest pour Lincoln Hall, qui déjà en 1984 faisait partie du premier groupe d’alpinistes australiens à tenter l’aventure avec succès. Il s’essaie de nouveau à la dangereuse ascension le 25 mai 2006. Ce jour-là, Lincoln atteint encore une fois le sommet de l’Everest sans difficulté majeure. Mais alors qu’il entame la descente, accompagné de ses Sherpas, il est pris, à la surprise de tous, par un « mal aigu des montagnes ».

Faire de l'Alpinisme avec un guide Kazaden

Un mal aigu des montagnes qui s’aggrave progressivement

Ce mal, souvent causé par une ascension trop rapide qui empêche l’acclimatation au milieu, se caractérise par des maux de tête, des nausées et une difficulté croissante à respirer. Habitués à ce type de situation, les Sherpas tentent de le soigner, mais sans succès. Les hallucinations de Hall se multiplient, ses paroles sont confuses et le mal aigu des montagnes se complique et lui cause un œdème cérébral. Les Sherpas tentent de faire reprendre conscience à Lincoln Hall, mais leurs ressources en oxygène diminuent cruellement et la tombée de la nuit approche.

Phénomène rare, le mal aigu des montagnes peut être provoqué par une ascension trop rapide des sommets

Phénomène rare, le mal aigu des montagnes peut être provoqué par une ascension trop rapide des sommets © Wikimedia Commons

Lincoln Hall est laissé pour mort au sommet de l’Everest

Devant la gravité de la situation et alors que Hall reste inconscient, le chef de l’expédition Alexander Abramov, prend une décision. Il ordonne le retour au camp de base en urgence pour ne pas mettre également en risque la vie des guides Sherpas. Impossible de transporter Lincoln Hall qui reste immobile, comme inanimé. Il est abandonné sur la montagne et laissé pour mort. En rentrant, les guides envoient un communiqué à sa famille, décrivant les circonstances tragiques dans lesquelles Hall aurait perdu la vie…

Une rencontre inespérée

Le lendemain matin, un autre groupe entame l’ascension de l’Everest. L’un des membres du groupe aperçoit un homme, immobilisé dans la montagne, mais apparemment lucide : il s’agit de Lincoln Hall, toujours vivant. L’équipe décrit la scène ainsi :

« Sa combinaison était ouverte jusqu’à sa taille, ses bras hors des manches. Il ne portait ni bonnet, ni gants, ni lunettes de soleil. Il n’avait pas de masque à oxygène, ni de sac de couchage, pas de matelas ni même d’eau ou de nourriture. ‘J’imagine que vous êtes surpris de me voir ici’, nous a-t-il lancé. Nous n’en croyions pas nos yeux. Un homme se trouvait là, devant nous, apparemment lucide, alors même qu’il avait passé toute une nuit sans oxygène à une altitude de 8600m, sans équipement et à peine habillé. Il était vivant ».

Un sauvetage en haute montagne des plus extrêmes

L’équipe abandonne ses rêves d’ascension et reste avec le miraculé. Lincoln Hall continue de souffrir de gelures et des conséquences de son œdème. Pour le secourir, des mesures d’une ampleur sans précédent sont alors mises en place avec l’aide des Sherpas.

Les Sherpas, une aide incontournable pour les alpinistes au sommet des montagnes

Les Sherpas, une aide incontournable pour les alpinistes au sommet de l’Everest © Wikimedia Commons

Parmi eux, 12 Sherpas sont mobilisés et dispersés dans la montagne depuis le camp de base jusqu’au sommet, pour assurer la descente de Hall. Ce sont dans ces conditions qu’il arrive au col nord de l’Everest, où il trouve enfin un médecin à même de lui prodiguer les soins nécessaires. Le lendemain, en assez bon état, il rejoint enfin le camp de base.

Tout est bien qui fini (presque) bien pour l’alpiniste

Grâce à l’aide providentielle du groupe d’alpinistes et des Sherpas mobilisés, Lincoln Hall s’en est sorti sans presque aucune égratignure. Enfin, c’est sans compter toutes ses extrémités de doigts et un orteil, qu’il aura perdus au cours de sa nuit passée au sommet de l’Everest à près de -25 °C. Mais Lincoln s’en soucie bien peu ; il a survécu à ce qui semblait pour tous, une cause perdue.

Pour vous faire une idée de ce que représente l’ascension de l’Everest, n’hésitez pas à consulter nos articles : « L’ascension de l’Everest : le défi d’une vie » et « L’ascension de l’Everest en 3D« .

———–

Et si vous souhaitez découvrir l’alpinisme, il existe des courses d’alpinisme magnifiques et infiniment moins périlleuses que l’ascension de l’Everest ! Ascension du dôme des Ecrins, ascension du Pic Coolidge, ascension du Grand Paradis, un univers magnifique s’ouvre devant vous.

Chez Kazaden, nous vous proposons de multiples formules pour vous initier ou vous perfectionner à l’alpinisme en compagnie des meilleurs guides de haute montagne. N’hésitez pas à aller faire un tour sur notre site internet pour découvrir toutes nos offres d’alpinisme en cliquant sur le lien ci-dessous ou directement, contactez-nous par téléphone au 01 79 75 71 72. 

Découvrez l'Alpinisme avec nos Guides

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

74 − 73 =